Retour page d'accueil

Editopics : Maison d'édition en ligne spécialisée en philosophie du paysage et architecture

Maison d'édition numérique

Environ 100 pages
Une dizaine d'illustrations en couleurs
ISBN : 978-2-36992-006-9
Parution : juillet 2015
Format : Epub PDF Mobi
4,90 €

Collection Séries

Nature/ville : une nouvelle alliance

Sous la direction de Catherine Chomarat-Ruiz

  • 4e de couverture
    De quels projets urbains la ville d'aujourd'hui naît-elle ? Depuis les années 1970, l'urbanisme évolue loin d'un idéal d'équilibre pour intégrer une nature qui, de moins en moins maîtrisée, n'obéit plus qu'aux notions de possible, de probable, et actualise ainsi le concept d'hétérotopie. Pour connaître cette ville naissante, de nouveaux concepts sont cependant nécessaires tels l'« interpénétration », la « centralité », la « sensorialité », la « monumentalité » et le « vide structurant ». Pour la ressentir, il faudrait en outre quitter les espaces verts et retrouver la poésie des jardins à moins que, prenant le parti de l'éphémère, on ne goûte une poétique de l'entropie. Par conséquent, ce livre répond de trois manières selon que l'on désire concevoir, connaître ou ressentir l'alliance renouvelée entre nature et espace urbain.
  • Sur l'auteur
    Catherine Chomarat-Ruiz est professeur en sciences de l'art à l'université de Valenciennes. Ses travaux d'épistémologie portent sur les concepts qui, issus du paysagisme, de l'architecture ou de l'utbanisme, permettent de connaître nos cadres de vie.
  • Pour en savoir plus

    Chapitre 1

    Processus et indétermination, nouvelle nature du projet de paysage ?

    Armelle Varcin


    Cette contribution part d'un constat : jusque dans les années 1970, la nature était convoquée sous ses formes horticoles, manifestement artificielles. Depuis, les réflexions sur l'environnement, les critiques du progrès et des guerres inciviles, la durée annoncée des crises écologiques et économiques invitent chacun à repenser son rapport à la nature. Elle entend montrer que, pris dans ce mouvement général, les projets urbains sont créés autour de notions de dynamiques et de processus. Le possible et le probable ne sont-ils pas devenus les moteurs du projet alors que, avec des styles variables, les concepteurs dessinaient jadis un projet avec une représentation mentale précise d'un état souhaité d'équilibre et de maturité?

    Armelle Varcin est paysagiste DPLG. Chercheure au LACTH, elle enseigne à L'École nationale supérieure d'architecture de Lille.

    Chapitre 2

    De la nature comme hétérotopie à la nature comme technologie ?

    Bernardo Sampaolesi


    Dans la tradition moderne, l'idée de nature fut constituée dans son altérité à la culture, espace proprement humain. Or, cette distinction dualiste est mise en question à partir de la deuxième moitié du XXe siècle. Ce texte envisage l'impact de cette critique sur la ville : d'un côté advint la bio-architecture, de l'autre l'émulation de la performativité naturelle dans les constructions.

    Bernardo Sampaolesi est licencié en science politique de l'université de Buenos Aires, inscrit en master de sociologie de la culture à l'université San Martin. Depuis 2009, il enseigne dans le secondaire et le supérieur. De 2007 à 2013, il a donné des cours de philosophie à l'université de Buenos Aires.

    Chapitre 3

    La ville-nature contemporaine en gestation

    Yves Chalas


    Les nouveaux rapports entre ville et nature peuvent être définis par cinq concepts clés : « interpénétration », « centralité », « sensorialité », « monumentalité » et « vide structurant ». Ceux-ci n'ont rien d'abstrait ou d'utopique, car ils traduisent une réalité en germe, renvoient à un contexte et signent l'avènement de ce qu'il est possible d'appeler : la « ville-nature contemporaine ». Tel est l'objet de cet article.

    Yves Chalas est professeur à l'Institut d'urbanisme de Grenoble de l'université Pierre-Mendès-France et chercheur à l'UMR Pacte CNRS (Politiques publiques, Action politique, Territoires). Les mutations urbaines contemporaines constituent son domaine d'enseignement et de recherche. Il est notamment l'auteur de : La ville émergente (L'Aube 1997), L'Invention de la ville (Anthropos-Economica, 2000), Villes contemporaines (Cercle d'art, 2001), L'Imaginaire aménageur en mutation (L'Harmattan, 2004), L'Isle du, de la ville nouvelle à la ville contemporaine (La Documentation française, 2005), La Mobilité qui fait la ville (Certu, 2008), Comment les acteurs s'arrangent-ils avec l'incertitude ? (Archives contemporaines, 2009).

    Chapitre 4

    Y a-t-il du paysage urbain ?

    Catherine Chomarat-Ruiz


    Cet article porte sur le paysage urbain, sa réalité et les conditions de son avènement. Il montre ainsi que, pour le siècle dernier, ce type de paysage est lié à la notion d'horizon. Une attention à une poétique de l'entropie et aux paysages que Robert Smithson déclare « pittoresques » conduit à penser que la ville est solidaire d'un paradigme « biomorphique » périmé. En dernier lieu, cet article interroge l'acceptabilité de cette proposition. Le caractère opérationnel du paysagisme ne cède-t-il pas le pas devant une posture artistique, tandis que le territoire urbain s'efface au profit du seul site ?

    Catherine Chomarat-Ruiz est professeur en sciences de l'art à l'université de Valenciennes. Ses travaux d'épistémologie portent sur les concepts qui, issus du paysagisme, de l'architecture ou de l'urbanisme, permettent de connaître nos cadres de vie.

    Chapitre 5

    Pierre Sansot (1928-2005)

    De la ville naturante et du « malheur des espaces verts »

    Jean-Michel Rietsch


    Dans la Poétique de la ville, Pierre Sansot envisage une nouvelle perception des liens qu'entretient l'être humain avec la nature, dont une des déclinaisons est la ville.
    Une telle conception oblige alors à repenser les projets humains qui visent à insérer davantage de nature en ville, naturelle par essence ! Sansot appelle ainsi de ses vÅ?ux un projet urbain poétique qui ne consacre pas ses travaux aux « espaces verts », mais aux jardins, ces « lieux majeurs suscitant des rêveries ».

    Jean-Michel Rietsch enseigne dans le secondaire. Docteur ès lettres de l'université de Genève avec une thèse sur Paracelse, il s'intéresse également à l'écrivain-voyageur Nicolas Bouvier.
    http://www.ille.uha.fr/Membres/cv_rietsch.